Linux, Base de données Postgresql, développement, Internet, emailing et déliverabilité.

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Les bases pour bien concevoir un email

Le contenu d'un email est un problème majeur dans la dure loi de la livraison des emails aujourd'hui plus qu'auparavant. La sagesse populaire dit qu'une bonne réputation de l'expéditeur bat le meilleur des contenu. On dit aussi que le bouton "Ceci est un spam" présent maintenant chez tous les webmails est le garant de la réputation.

Bien que ces idées soient vraies, le contenu demeure important. Ce qui est différent de nos jours, c'est que ce fameux bouton de "rapport de spam" influence également le contenu des filtres. Ainsi, lorsque votre abonné clique sur le bouton "Ceci est un spam", non seulement il se plaint d'un spam, ce qui touche à votre réputation, mais il indique également au gestionnaire de filtres ce qu'il doit faire des vos emails.

Voici comment il fonctionne, en utilisant Spamassassin à titre d'exemple. Spamassassin est un filtre de contenus que les utilisateurs peuvent installer sur leur poste client. Les FAI peuvent également l'utiliser avec d'autres techniques de filtrage. Quand un utilisateur ou un FAI marque un message comme spam, l'information remonte via une extension de Spamassassin, comme Vipul's Razor, qui scanne l'email à la recherche d'une signature (sorte d'empreinte digitale), ou d'indicateurs de spam (mot-clés typiques). Il remonte cette information à une base de données mondiale des spams qui conserve les sources, et les signatures. Comme pour le bouton "Ceci est un spam", un rapport de spam seul n'engendrera pas de blocage permanent de vos messages. Toutefois, le rapport d'un individu est agrégé avec tous les autres utilisateurs. Si suffisamment de filtres ou de personnes marquent votre message comme étant considéré comme un spam et que le logiciel trouve assez de signatures communes, le filtre anti-spam ajustera le contenu de ses règles.

Le résultat ? Très vite, vos messages ne sont plus livrés en raison de leur teneur et de leur réputation.

C'est pourquoi le réel problème du contenu ne se réduit pas à savoir si vous utilisez le mot "gratuit" en lettres capitales, en caractère gras, d'une taille de 20 pixels de haut et en rouge mais bien à qu'est-ce qu'en pense un filtre de contenu. Et le vrai problème est de savoir comment vos lecteurs vont estimer le contenu et comment ils vont réagir à sa lecture.

Ne dupez pas vos lecteurs

C'est le lecteur qui fera le choix de déterminer si oui ou non votre message ressemble à un spam, de part son contenu, même si les filtres anti-spam n'ont pas trouvé de signature flagrante lorsque vous avez testé votre campagne avant de l'envoyer. Lorsque suffisamment de gens ont pris la même décision, la mise à jour des filtres de contenu sera faite, et très bientôt de vos messages ne pourront plus atteindre votre cible.

Qu'est-ce que les filtres de contenu recherchent ?

Voici quelques unes des signatures de spam qui peuvent déclencher un blocage ou un filtrage :

  • Taille de la police plus petite que 8 pixels ou de plus de 14 pixels
  • L'utilisation répétitive de mots-clés (un peu de "gratuit" ne fera pas mal, 10 sera une catastrophe)
  • Les mots mal orthographiés
  • Les couleurs invisibles, comme écrire en blanc sur blanc
  • Utiliser des couleurs de fontes en gris clair ou en rouge
  • L'utilisation de mots-clés en lettres majuscules ( "GRATUIT", par exemple, mais les filtres peuvent aussi interpréter les codes de réduction qui sont généralement tout en majuscule et génèrent des mots mal orthographiés accidentellement)
  • L'utilisation de caractères Non-ASCII (non standard)
  • Les URL qui correspondent ou qui peuvent faire penser à du phishing (genre: paypal.monsite.com)
  • La présence de code JavaScript
  • La présence d'une pièce jointe
  • Les images intégrées dans l'email (encodé comme une pièce jointe)
  • Les formulaires sont à banir dans un email
  • Les sons
  • Les vidéos
  • Le Flash
  • Tout support nécessitant un client riche (Flash, Java etc.)

Même si un filtre de contenu peut ne pas considérer votre message comme un spam potentiel, l'oeil du lecteur le peut. Cela aura, à son tour, une incidence sur la façon dont les filtres traiteront vos messages dans le futur.

Par conséquent, il est primordial de s'intéresser au contenu et de bien comprendre ce qui est le déclencheur d'un rapport de spam, même si vous envoyez vos campagnes sur une base d'emails opt-in. Utilisez cette liste pour vous aider à réduire les chances que votre prochain message soit marqué comme spam :

  • Ne laissez aucun doute une fois arrivé dans la boîte de réception. C'est votre premier point de contrôle inévitable. Il permet immédiatement à votre lecteur de prendre la décision de classer rapidement votre email en spam ou non, et le prépare d'emblée à ce qui se trouve dans le message. Vous avez alors deux possibilités :
  • Identifier clairement l'expéditeur (ou le "from") par votre marque (nom de société, de site ou de service), pour lui permettre d'identifier clairement qui lui envoi cet email. Ne jamais utiliser le nom d'une personne si elle ne fait pas partie de la marque ou du nom de l'entreprise.
  • Utilisez un sujet clair qui résume avec précision le thème du message. Pas de vagues promesses ou de conseils sur le contenu ici.
  • Testez vos emails sur vos propres outils de filtrage d'email. C'est vrai, je viens juste de dire que les filtres de contenus ne sont pas toujours capable de prendre en compte ce que l'esprit humain est capable de filtrer ou d'interpréter comme un spam. Cependant, beaucoup d'entre eux sont basés sur ce que d'autres utilisateurs ont signalé comme spam, de sorte que la probabilité est élevée qu'un contrôle simple via un filtre puisse permettre de mettre en avant des éléments qui doivent être corrigés.
  • Si vous en avez la possibilité utilisez un service de suivi de livraison. Des sites spécialisés comme Litmusapp, EmailAdvisor, Return Path, et Pivotal Veracity proposent ce genre de service. Ils scannent le contenu avant l'envoi et peuvent prédire comment les fournisseurs d'accès vont traiter votre email.
  • Penser à l'apparence de votre message dans le volet de prévisualisation avec le blocage des images. Si vos lecteurs ne voient qu'une feuille blanche ou un tas de croix rouges là où les images doivent se trouver, ils vont plus probablement le trouver suspect et le marquer comme spam. Il est important que votre marque apparaisse clairement en mode texte autant qu'en image. Vous pouvez nommer les images au travers de la balise ALT, ces textes apparaîtrons à la place des images quand elles sont désactivées, mais les webmails ne les affichent pas toujours. Indiquez de toute façon le nom de votre marque dans la première ligne de texte, ou dans le cadre supérieur gauche du corps de votre message pour apparaître dans le mode prévisualisation.

L'email HTML n'est pas un travail d'amateur La qualité du contenu HTML est très importante dans la conception d'un email. Le code HTML d'un email est beaucoup plus délicat que celui d'une page HTML. L'utilisation de logiciels comme Dreamweaver n'est pas idéale pour la conception d'email. Ils ont généralement tendance à ajouter du code supplémentaire qui fait des ravages avec certains clients de messagerie. N'utilisez surtout pas Microsoft Word avec le menu "Enregistrer en tant que page Web", qui semble si simple mais qui, je peux vous l'assurer, va générer une abomination en terme de code HTML. Conclusion de quoi, il est préférable de faire le code de la partie HTML avec un éditeur de texte, en maitrisant parfaitement la syntaxe HTML et en se conformant strictement à la norme W3C.

Dans les choses importantes à connaître sur les techniques HTML pour la conception d'un email, il est important d'être prudent avec les tableaux, et dans la mesure du possible, il faut éviter d'utiliser les tableaux imbriqués. Certains clients de messagerie, comme Lotus Notes, en particulier, ne seront pas capables d'afficher un rendu correcte. Évitez aussi l'utilisation des images GIF de 1x1 pixel pour forcer la largeur de vos tableaux. Elles sont souvent utilisées dans les spams et peuvent donc engendrer facilement un blocage par les filtres de contenu.

Utilisez les images de fond avec prudence. Les images d'arrière plan pour les cellules d'un tableau sont en général acceptable mais n'apparaitrons pas avec des clients tels que Lotus Notes.

Pensez bien sur à appeler vos images avec des URL complètes et non des liens absolus. Les erreurs fréquentes sont les appels du type src="images/mon_image.gif" ou src="C:/Mes Documents/Images/mon image.gif". Il est naturellement inconcevable d'avoir ce genre d'appel dans un email. Vos tests en local pourront peut-être être fructueux, et encore uniquement sur votre ordinateur. Mais en aucun cas depuis un webmail. Le format a utiliser doit toujours être du type src="http://www.monsite.com/images/mon_image.gif".

Bannissez les CSS (feuille de style). Les CSS sur un site web permettent de simplifier le processus de développement et d'assurer une cohérence du style. Dans un email HTML ils peuvent engendrer des rendus incorrectes sur certains webmails, ou être purement effacés ou remplacés. Ce qui engendrera des rendus loufoques, mais surtout très négatifs pour votre lecteur.

Essayez toujours dans la mesure du possible de produire un rendu HTML de 500 à 650 pixels de large. Les messages plus larges obligent souvent les lecteurs à faire défiler horizontalement de manière à voir tout le message. Les messages qui sont trop larges sont problématiques, en particulier dans le volet de prévisualisation.

Valider le contenu HTML avec le service de validation du W3C. C'est gratuit !

Beaucoup de filtres anti-spam produisent un score basé sur le ratio qui existe entre le volume d'images et le volume de texte. Cette technique de blocage a été développée parce que les systemes d'analyse étaient jusque là uniquement basés sur le contenu du texte, les spammeurs ont donc commencé l'envoi de messages qui ne contenaient qu'une très grosse image. Lorsque vous créez votre email HTML, il est donc indispensable d'inclure du texte, qui sera en général votre communication principale. Ce texte sera d'ailleurs intégralement repris dans la version texte de votre email de façon à montrer une cohérence de communication entre les deux versions (HTML et texte). Certains filtres anti-spam semblent placer le ratio image / texte comme critères principal par rapport au filtre des mots-clés.

Testez, Testez, et testez à nouveau ! C'est la même vieille chanson: testez votre message plusieurs fois avant de l'envoyer. Testez vos messages dans les principaux webmails de vos clients (Lotus Notes et Outlook pour les entreprises; AOL, Hotmail, Yahoo!, Gmail et pour les consommateurs avec le blocage des images et le volet de prévisualisation activé). Testez sur les différentes plates-formes du marché - PC, Macintosh, Linux et les ordinateurs de poche (BlackBerry, iPhone etc.) - et dans les différents navigateurs, y compris Internet Explorer, Firefox, Chrome et Opera.

Partager

  • Favories


Commentaires

1. Le vendredi, 6 février 2009, 01:30 par ethique emailing

Tout ceci est fort louable mais qu'en est-t-il pour un utilisateur/emailer final ? Quel prestataire dois-je choisir ou comment puis-je le choisir et ceci surtout en connaissance de cause ? Tous les acteurs du marché font de leurs mieux en toute bonne foi (a priori...) exempté ceux qui exploitent à "court terme" le profit au détriment de l'éthique. Existe-t-il un prestataire qui pourrait remplir toutes ces conditions en étant public, rentable, indépendant ??? pas simple... ;-/
Merci de votre contribution dans cette période ou l'emaileur ayant pignon sur rue passe souvent pour un voyou notamment du fait des indélicats.

2. Le dimanche, 1 mars 2009, 19:12 par footcow

Le prestataire de routage doit garantir une qualité de routage, c'est à dire vous proposer les éléments qui feront que votre email soit "validable" sur son émetteur (signature DomaineKey etc.) Il doit aussi s'assurer de la qualité de votre base de données, de sa provenance, et vous proposer une mise en conformité. Enfin, il doit vous conseiller et vous aider dans la rédaction de votre communication. Il existe aujourd'hui des sociétés (je n'ai pas d'action) comme Mailperfomance, ou Experian qui vous proposent ce genre de qualité, des échos que j'ai pu en avoir.

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://www.footcow.com/index.php/trackback/47

Fil des commentaires de ce billet